Top Photos

2
420pts
13/06/2019
MACRON VEND LES AÉROPORTS FRANÇAIS, NE LE LAISSONS PAS FAIRE Aéroports de Paris, ou ADP. Depuis quelques jours, vous voyez probablement ces trois lettres fleurir sur les réseaux sociaux. Les Aéroports de Paris dont il est question, ce sont les aéroports de Paris-Orly, Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Le Bourget. À eux trois, ces aéroports voient passer plus de 105 millions de voyageurs chaque année, soit plus que la population française. En mars 2019, l'Assemblée nationale a voté la privatisation de ces aéroports. C'est à dire que tout l'argent récolté avec la location des espaces pour les boutiques commerciales ou les redevances payées par les compagnies aériennes n'irait plus dans les caisses de l'État mais dans les poches d'actionnaires. Or les aéroports de Paris rapportent de l'argent à l'État. Beaucoup d'argent. L'année dernière ils ont rapporté 173 millions d'euros rien qu'en dividendes. Jackpot. Mais outre l'aberration économique de vendre une poule aux oeufs d'or, cette privatisation pose deux autres problèmes : de souveraineté et écologique. De souveraineté car cela revient à confier une de nos principales frontières, avec 105 millions de personnes y transitant, à une entreprise privée. Et écologique car garder le contrôle du transport aérien national est un point essentiel pour réussir la transition écologique. Après le fiasco de la privatisation des autoroutes, dont le prix des péages a depuis augmenté de 20%, il est nécessaire d'empêcher cette nouvelle vente de notre patrimoine commun. Macron brade les bijoux de famille, ne le laissons pas faire ! Que faire ? En avril 2019, 248 parlementaires ont signé pour engager une procédure de Référendum d'Initiative Partagée (RIP). En effet, depuis 2008 la Constitution permet d'organiser un référendum si il est soutenu par au moins 185 parlementaires et 4,7 millions d'électeurs. Le seuil des 185 parlementaires validé, le Conseil Constitutionel a autorisé, pour la première fois de notre histoire, la collecte des 4,7 millions de soutiens. Pour signer, il faut se rendre seulement et uniquement sur le site prévu par le ministère de l’Intérieur. Les signatures sur d'autres plateformes sont inutiles. Qui peut soutenir ? Toutes les personnes en âge de voter et inscrites sur les listes électorales françaises peuvent apporter leur soutien au Référendum. Comment soutenir ? Avant tout, il faut vous munir de votre carte d'identité ou de votre passeport en cours de validité. Si vous avez aussi votre carte électorale ce sera plus facile mais vous pourrez faire sans. Rendez-vous ici : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1 Si vous n'avez pas de carte d'identité ou de passeport valide vous pouvez faire la démarche en remplissant un formulaire dans certaines mairies, voir la liste ici : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/formulaire-papier Si vous le pouvez, essayer d'enregistrer votre soutien à partir d'un ordinateur. De nombreux témoignages rapportent que le site est difficile d'utilisation avec un smartphone. Étape 1 : Cocher la case et cliquer sur "Suivant". Étape 2 : Remplir toutes les cases puis cliquer sur "Suivant". ❗️ C'est à cette étape que des gens ont des difficultés, voilà des conseils : • N'oubliez pas d'écrire le nom de votre commune avec une majuscule et des tirets si il y en a. N'écrivez pas d'abréviation. • Lorsque vous renseignez votre commune, le site vous indique un code. Pas de panique ! Ce n'est pas le code postal de votre commune mais son code INSEE. Vous n'avez rien à changer. • Indiquez tous les prénoms inscrits sur votre carte d'identité, dans le même ordre, en les séparant par un espace (et pas une virgule ! ) et en les faisant commencer par une majuscule. • Faites particulièrement attention aux accents et aux tirets si il y en a dans vos noms ou prénoms. • Il vous faut uniquement mettre votre nom de naissance (aussi appelé "nom de jeune fille" pour les femmes mariées). • Si vous avez un doute, prenez votre carte électorale et recopiez les informations qui s'y trouvent. Étape 3 : Remplir les champs et cliquer sur "Valider votre soutien". • Si vous utilisez votre carte d'identité : le numéro de votre carte d'identité est inscrit en haut de votre carte, juste sous "République Française". La date et le département de délivrance sont inscrits au dos de votre carte. • Si vous utilisez votre passeport : le numéro de passeport est en haut à droite sur la page d'information où se trouve la photo, il est composé de 9 caractères (2 chiffres, 2 lettres, 5 chiffres). La date de délivrance se trouve sur la même page. Étape 4 : Vérifier les informations. Entrer le code Captcha (les lettres et les chiffres difficilement lisibles) en respectant les majuscules et les minuscules. Si vous n'arrivez pas à lire votre code, vous pouvez en demander un autre en cliquant sur "[Autre Image]" autant de fois qu'il est nécessaire. Si vous vous trompez dans votre code pas de panique, vous allez en avoir un autre et vous pourrez réessayer. Cliquer sur "Oui, confirmer mon soutien". Étape 5 : Si vous arrivez sur une page où il est indiqué que votre soutien a été pris en compte, bravo, vous avez réussi ! N'oubliez pas de télécharger le récépissé et gardez-le. Si vous avez un message d'erreur, actualisez la page en utilisant la touche F5 de votre clavier ou en cliquant sur la flèche qui revient sur elle-même tout en haut à gauche de la page Internet. Si besoin, recommencez depuis le début. Le site développé par le gouvernement est d'utilisation fastidieuse et peu intuitive et l'accès à un ordinateur avec une connexion Internet n'est pas chose aisée pour tout le monde. Aussi, si vous le pouvez, essayez d'aider les gens qui voudraient apporter leur soutien mais qui ont des difficultés pour y arriver. Plusieurs personnes peuvent utiliser le même ordinateur pour apporter leur soutien. Rappelez-leur aussi qu'ils peuvent apporter leur soutien en remplissant un formulaire dans certaines mairies. Pour trouver la mairie la plus proche de chez vous qui le permet, rendez-vous ici : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/formulaire-papier N'hésitez pas à partager ou à copier/coller ce texte sur votre profil pour qu'un maximum de monde le voit et que personne ne se décourage ! Notre objectif : 4 717 396 signatures avant le 15 mars 2020 !
12
14pts
04/09/2019
GRAND JEU : Devine qui a son jugement rendu le 16 septembre : A. Alexis Kohler, secrétaire général de l'Élysée soupçonné de prise illégale d’intérêt, corruption passive et trafic d’influence pour son rôle dans l'attribution de contrats entre le port du Havre et une entreprise fondée par des membres de sa famille. Il siégeait à la fois dans le conseil du surveillance du port et dans l'agence des participations de l'État auprès des Chantiers de l'Atlantique. B. Sylvie Goulard, ancienne ministre des Armées de Macron, qui a démissionné du gouvernement après l'ouverture d'une enquête pour abus de confiance, recel d'abus de confiance et escroqueries concernant des soupçons d'emplois fictifs d'assistants au Parlement européen. C. Richard Ferrand, Président de l'Assemblée nationale, soupçonné d'avoir favorisé la société immobilière de sa femme pour l'obtention d'un marché lorsqu'il était directeur général. D. Pierre et Fanny, qui ont décroché le portrait officiel d'Emmanuel Macron de la mairie de Lyon en février dernier pour interpeller contre l'inaction du gouvernement face à l'urgence climatique, jugés pour vol en réunion. . . . . . Réponse : D, la réponse D : C'est bien Pierre et Fanny qui verront leur jugement rendu le 16 septembre. Tout notre soutien à eux et aux autres décrocheurs de portraits d'ANV Action non-violente COP21. Le Parquet National Financier a classé sans suite l'enquête sur Alexis Kohler pendant l'été. Alors que l'enquête sur Sylvie Goulard est toujours en cours, Emmanuel Macron l'a proposée au poste de commissaire européenne. Richard Ferrand est toujours Président de l'Assemblée nationale, l'enquête est toujours en cours.